La vallée du Nil et la Méditerranée

Voies de communication et vecteurs culturels

Extrait de l’Introduction (Sydney H. Aufrère) : « Cette manifestation a été ouverte par la Journée de l’Association internationale du Droit de l’Égypte ancienne (AIDEA), intitulée L’Égypte ancienne et ses voisins. Ébauches d’un droit international, organisé par Bernadette Menu, Directeur de recherche au CNRS, avec des thèmes ayant permis de relier Canaan aux confins de la Nubie, respectivement présentés par Renaud de Spens, Burt Kasparian, Françoise Smyth, Francis Geus et Bernadette Menu.
Puis elle s’est centrée sur la Méditerranée et le Nil. À de multiples points de vue, Vallée du Nil et Méditerranée paraissaient des vocables tout désignés pour occuper le centre d’un débat fécond, à ceci près qu’il convenait de les assortir d’une limite dictant l’état d’esprit dans lequel nous envisagions cette rencontre : « Voies de communications et vecteurs culturels ». On aurait dû même dire « Voies de communication et/ou vecteurs culturels tant il est vrai que le premier n’exclut pas le second et vice versa. Les voies de communication en Égypte sont en premier lieu le Nil — reliant l’Afrique à la Méditerranée, — le Bahr el-Youssef, les canaux, mais aussi les divers branches que forme le Nil dans le Delta, seules ouvertures sur l’extérieur, exigeant de franchir la barre — le boghâz — provoquée par la rencontre tumultueuse des eaux douces et marines ; ce sont les ports d’Alexandrie et de Péluse et aussi, dans une certaine mesure, les pistes sillonnant le désert de l’ouest, donnant à la Vallée une autre respiration économique en permettant aux caravanes d’alimenter un commerce dont les principaux axes remontent vers la Cyrénaïque. »