Pharaon Foudroyé

Du mythe à l’histoire

Pharaon foudroyé ! n’est-ce pas là un non-sens, dans un pays où la foudre s’abat rarement ? –, mais le risque n’est pas nul. Dommage ! car le récit d’un pharaon mort stigmatisé par un éclair eût été une
histoire qui aurait sûrement défrayé la chronique chez les anciens Égyptiens, habitués, comme leurs voisins, à voir se succéder rapidement leurs rois. Cet ouvrage relate, entre mythologie et histoire, les attentats, les morts violentes et parfois curieuses
auxquelles ont succombé des souverains divins et humains d’Égypte. Divins tout d’abord : Rê piqué par un serpent confectionné de glaise et de salive par la déesse Isis pour lui extorquer ses secrets ;
Osiris noyé une première fois puis dépecé en quarante-deux morceaux par son frère Seth. Humains ensuite, selon l’illustre Manéthôn de Sebennytos qui a compulsé les annales des temples : Ménès,
fondateur de la première dynastie, emporté par un hippopotame ; Othoès assassiné par ses gardes du corps; Akhtoès, devenu fou et criminel, dévoré par un crocodile ; Amanemmès exécuté par ses
eunuques dans son palais. Et combien d’autres … La liste est longue, depuis la première dynastie jusqu’aux temps romains où les pharaons, indigènes ou étrangers, succombent sous les coups des
Parques, à commencer par la dernière des Lagides – Cléopâtre VII – qui, raconte Plutarque, abandonne son bras à la morsure d’un aspic.
Meurtres, tentatives d’assassinats, morts par accident ou au cours d’une bataille, suicides sont présentés tour à tour sous le regard de l’histoire, de la pseudo-histoire et de l’historiographie, dans les récits de fiction grecs, romains et médiévaux, la Bible même, jusqu’aux pièces de théâtre où la mort de Pharaon, chez les philosophes, sera l’image du Mal terrassé.
Cet ouvrage est publié avec le concours du Centre National du Livre.